Vade retro Dimitri

Réflexion faite, Pacho Murga coulait des jours bien tranquilles aux Canaries, dans la prison de Salto del Negro, établissement aux prestations dignes des geôles de l’époque victorienne. Et notez bien que c’est pure inadvertance s’il a sauvé la vie de Dimitri Urroz, le mafieux russe, fils d’un enfant de la guerre civile espagnole exfiltré vers l’Union soviétique. Cela n’a pas empêché l’ineffable Dimitri de s’enticher de lui. Adopté comme porte-bonheur par ce mangeur d’huîtres sociopathe, voilà Pacho embarqué à son corps défendant dans une folle équipée entre une Espagne où aucun démon n’a jamais trouvé le sommeil et la Russie où cohabitent le vingt et unième siècle, le Moyen Âge et la préhistoire. Il n’y manque ni les flingueurs de l’ETA reconvertis dans les basses œuvres du crime organisé, ni les affidés de l’Opus Dei, ni même les siamois, anciennes gloires du cirque devenus rois de la pègre. Mais surtout il y a l’imprévisible Dimitri. Russe et Navarrais, donc doublement fou et exponentiellement dangereux, il va jouer de la vie de Pacho comme de l’un des soldats de plomb qu’il trimballe toujours au fond de ses poches. Une danse macabre orchestrée avec un humour corrosif par un maître du polar espagnol.
 Écrivain espagnol né à Bilbao en 1959, Juan Bas est un auteur de polars consacré par plusieurs prix outre-Pyrénées (notamment le prix Euskadi 2007 pour Voracidad). Son livre Scorpions pressés, publié chez Gallimard dans la Série noire (2005) mettait déjà en scène le personnage de Pacho Murga.

Traducteur

Karine Louesdon
Joséphine Ardour
avril 2013
240 pages
20,00 €
ISBN 
978-2-8126-0479-9
Gencod 
9782812604799